Fiches conseils
La grippe
La grippe est une maladie infectieuse, fréquente et contagieuse, causée par un virus (il en existe 3 types) qui s'attaque au système respiratoire. Le virus se transmet dans l'air et par la salive...
La grippe

Sur les conseils de Raoul Cappelo - Naturopathe

La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse, fréquente et contagieuse, causée par un virus qui s'attaque au système respiratoire de l’homme, des oiseaux et de certains mammifères (porc – phoque).


Les virus de la grippe

Il existe 3 types de virus de la grippe : A – B – C qui se distinguent par leur structure chimique.

Le virus de type A :

C’est le plus dangereux et il s’attaque à l’homme, aux oiseaux et aux mammifères. Il est principalement responsable des épidémies grippales annuelles, mais aussi des pandémies grippales (épidémies présentes sur une large zone géographique) comme la grippe espagnole, la grippe de Hong-Kong, la grippe aviaire…

Le virus de type A est segmenté en diverses catégories selon le type de protéines (H et N) ancrées sur la particule virale :
• l’hémagglutinine (H) dont il existe 17 sous-types H1 à H17
• la neuraminidase (N) dont il existe 9 sous-types N1 à N9
toutes les combinaisons sont possibles (soit 153 sous-types de virus de type A) dont les plus connues sont les virus H1N1 (virus très contagieux) ou H5N1 (virus de la grippe aviaire).

Le type A se transforme en très peu de temps, ce qui le rend d'autant plus difficile à combattre car l’organisme doit bâtir une réponse immunitaire propre à chaque nouvelle forme en circulation.

Le virus de type B :
 
Le plus souvent, ses manifestations sont moins graves. Il n'entraîne que des épidémies localisées et est presque spécifique de l’homme. Ce type de grippe est moins sujet aux mutations que le type A.

Le virus de type C :
 
Les symptômes qu’il provoque s'apparentent à ceux d'un rhume banal. Le type C infecte plusieurs espèces mais est également moins sujet aux mutations que le type A.

Ces virus sont sensibles à la chaleur. Ainsi le virus de la grippe peut engendrer la maladie durant environ une semaine à température corporelle, plus de trente jours à zéro degré Celsius et presque indéfiniment à des températures très basses. Dans un air sec et froid, le virus grippal serait donc plus stable et plus durablement infectieux alors qu’une température de plus de 20 °C associée à une humidité relative de plus de 50 % semble défavoriser la contagion (hors contact physique direct).


Les symptômes de la grippe

La grippe se caractérise par une atteinte soudaine des voies respiratoires après une période d'incubation courte (1 à 2 jours).
La maladie débute brutalement par une fièvre supérieure à 38,5 °C avec frissons, maux de tête, une sensation de malaise général et une grande fatigue, une perte d’appétit, des douleurs diffuses en particulier des muscles, des articulations, des douleurs abdominales.
S'ajoutent des signes d'atteinte des voies respiratoires (nez, gorge et/ou bronches) avec maux de gorge, congestion nasale, toux sèche, des douleurs lors de la déglutition, des troubles de la voix.
La fièvre dure de 24H à plus d’une semaine avec parfois un pic au début, une chute avant une remontée de la température. La guérison est rapide mais la fatigue et la toux peuvent persister deux semaines.

Note : Chez les moins de 5 ans et les plus de 65 ans, il est possible que la fièvre ne soit pas très importante.

Des nausées et des vomissements peuvent apparaître pendant la grippe, surtout chez les enfants, mais ils sont plus souvent l'expression d'une gastro-entérite virale.


Contagion et contamination

Une personne porteuse du virus de la grippe peut être contagieuse le jour précédant ses premiers symptômes et transmettre le virus pendant environ une semaine.
Le virus se transmet par les microgouttelettes contaminées propagées dans l'air par la toux ou l’éternuement et par la salive.


Complications possibles

Des complications peuvent survenir principalement liées à :

- une surinfection bactérienne : otite, bronchite, pneumonie, sinusite
- une déshydratation à cause de la fièvre


Personnes à risque

Chacun est susceptible d’être touché par la grippe mais certaines personnes, dont l’immunité est plus faible, sont toutefois plus à risque comme les très jeunes enfants ou les personnes âgées.

Les travailleurs de la santé, en raison des contacts fréquents avec les personnes touchées, les femmes enceintes, à partir du 4e mois de grossesse, les personnes qui ont une maladie chronique, un problème cardiovasculaire ou pulmonaire, de l’anémie grave ou du diabète, celles qui suivent un traitement qui affaiblit l'immunité sont des personnes susceptibles d’être plus touchées par la grippe.

Le stress, le manque de sommeil, une mauvaise alimentation, le tabagisme sont aussi des facteurs qui perturbent le système immunitaire.

La grippe, maladie saisonnière, est évitée et traitée en renforçant le système immunitaire par la diététique et le recours aux biothérapiques (médicaments homéopathiques obtenus à partir de produits d’origine microbienne non chimiquement définis), à l’homéopathie et à la phytothérapie. Pour en réduire la nocivité il est utile aussi de détoxiquer l’organisme afin d’accomplir un grand nettoyage et de brûler de nombreuses toxines.


1- Vitamine D : joue un rôle majeur dans la prévention de la grippe A H1N1 ou saisonnière car elle permet de  moduler l’immunité. Un faible statut en vitamine D est la porte ouverte à un affaiblissement de l’immunité et une immunité faible est la condition favorable au développement d’un nombre important de pathologies chroniques. 

Des suppléments de vitamine D sont conseillés en saison froide et la prise de vitamine D fait baisser de façon spectaculaire les symptômes de la grippe et de rhume car elle a une action anti-infectieuse.

De novembre à mars son administration (800 IU par jour) est très conseillée. De plus elle ne sera efficace que si le foie fonctionne bien et n’est pas trop gras (stéatose).

Attention : A des doses fortes elle peut être toxique et entrainer une hypercalcémie, à éviter en cas de traitement pour l’hypercalcémie. Eviter l’apport de vitamine D s’il y a traitement à la digoxine, en cas de maladie avec lymphome et sarcoïdose, pour toute personne sujette aux lithiases, pour les personnes qui souffrent d’une maladie rénale. Contre indiquée pour les personnes atteintes de granulomatose (sarcoïdose).

Dose journalière : 200 à 800 UI
Durée du traitement : 3 mois


2- Grenade : L'un des fruits les plus riches en antioxydants (flavonoïdes,  anthocyanines et procyanidines) qui a la capacité d’inhiber le virus de la grippe A H1N1 et celui de la grippe saisonnière.

Attention : A éviter en cas de traitement hypertenseur.

Dose journalière : 50 ml
Durée du traitement : 1 à 2 mois


3- Propolis : La propolis se caractérise par ses  extraordinaires propriétés :
- antibiotiques
- anesthésiques
- cicatrisantes
- anti-inflammatoires
Antibiotique naturel, antiseptique à large spectre des voies urinaires et de l'intestin, la propolis se caractérise par sa parfaite innocuité et son excellente tolérance chez l’homme. Elle permet de lutter contre les bactéries, les champignons, les virus, est cicatrisante et régénérante tissulaire.

500mg par jour associé à l’Echinacée à raison de 20 gouttes matin et soir, 20 jours par mois, de novembre à fin mars.


4- Echinacée : C'est un antibiotique naturel qui renforce les défenses immunitaires. Antiviral, antibactérien et antifongique, elle est recommandée en prévention de la grippe et pour les soins des refroidissements et infections des voies respiratoires (rhume, infections grippales, bronchites) et des voies urinaires.

Durée du traitement : cure de 20 jours par mois pendant 2 mois puis arrêter.

Nigelle ou cumin noir (Nigella Sativa) : Excellente en prévention de la grippe A H1N1, elle permet de renforcer le système immunitaire affaibli lorsque la maladie est installée.

Dose journalière : 1 g deux fois par jour
Durée du traitement : 1 à 2 mois

• Argent colloïdal : Il se rapproche d’un antibiotique à large spectre et est efficace sur environ 650 maladies. Il tue la plupart des microbes et virus pathogènes, est un excellent remède préventif contre toutes les pathologies de l’hiver. Préférer une concentration à 15ppm. Faire plusieurs cures dans l’hiver.

• Probiotiques + Prébiotiques : Les probiotiques sont des micro-organismes vivants  présents naturellement dans la flore intestinale, buccale et vaginale qui agissent :

- au niveau du système immunitaire intestinal
- au niveau de la muqueuse intestinale en accentuant la production de mucus ou d'anticorps                                                                                                                                       - comme antimicrobiens  en empêchant les bactéries pathogènes d'adhérer  aux parois intestinales
- au niveau du système digestif car ils sont utiles pour la digestion des aliments, préviennent la constipation et les flatulences.

Toutefois il ne suffit pas d’apporter des probiotiques, il faut leur fournir de l’énergie : c’est le rôle des prébiotiques qui sont une source sélective de nourriture pour les bactéries intestinales et, plus précisément, pour les bonnes bactéries.

Associer les probiotiques à des prébiotiques en cure de 21 jours.

Attention : Contre-indication en cas de pancréatites aigües. Risques de ballonnements pour des prises supérieures à  10 milliards par jour.

Pour le Dr Donatini il est contre-indiqué de prendre des probiotiques s’il n’existe pas de problème particulier ou s’il y a trop de bactéries dans l’estomac et le grêle. Les prébiotiques ou les probiotiques n’améliorent pas la capacité d’absorption de l’intestin grêle mais aggravent les fermentations car l’augmentation du nombre de bactéries dans le colon entraîne une augmentation de la fermentation. Pour lui il est indispensable de déterminer le type de flore prédominante avant de prescrire prébiotiques et probiotiques. Si les bactéries sont en faible quantité dans l’estomac ou l’intestin grêle, en cas de diarrhée avec flore pauvre, sans fermentation et après un test respiratoire, les prébiotiques et les probiotiques peuvent être utilisés.

• Chlorure de magnésium : Le chlorure de magnésium est une molécule composée d'un atome de magnésium et de deux atomes de chlore. C’est l’une des formes la plus assimilable et la plus active du magnésium qui est un minéral essentiel au bon fonctionnement de l'organisme humain, il participe à de très nombreuses réactions métaboliques de l'organisme en association avec le sodium, le potassium et le calcium, avec lesquels il doit rester en équilibre dans l’organisme. Il est éliminé par les reins. Pris à petite dose il est l’antigrippe naturel le plus efficace.

Attention : contre indiqué en cas d'insuffisance rénale sévère, de maladie du côlon, de prise de certains remèdes cardiaques,  aux enfants de moins de 12 ans.

• Extrait de feuille d’Olivier : A des vertus pour le système immunitaire et contre les infections virales, bactériennes, fongiques et à levure.

• Extrait de pépins de Pamplemousse : L’antibiotique idéal doit avoir un large spectre d’action car, dans beaucoup de maladies, les agents pathogènes sont rarement connus avec précision. C’est le cas de l’extrait de pépins de pamplemousse qui a une action sur environ 800 colonies de bactéries et de virus.                                                 

Attention : contre indiqué en cas de grossesse.

Commencer en novembre jusqu’à mars, 30 gouttes matin et soir, une semaine par mois.

• Shiitake : Champignon le plus puissant immunopotentialiseur connu aujourd’hui avec des caractéristiques biologiques et pharmacodynamiques différentes de tous les autres immunostimulants et avec la plus faible toxicité. Il accroit l’activité des lymphocytes T8 et des lymphocytes cytotoxiques, permet de combattre l’infection, de stimuler les défenses naturelles, a un pouvoir antiallergique. A donner dans la prévention de la grippe et des bronchopneumonies.

Attention : Contre-indiqué pour les femmes enceintes ou qui allaitent et les enfants. Effets secondaires possibles : allergie – problèmes digestifs.

• Maïtake (Grifola Frondosa) : Champignon qui stimule le système immunitaire. Il contient des vitamines B1, B2, C, des minéraux (calcium, fer, magnésium), des acides aminés. Il agit en mobilisant les globules blancs et en accroissant la phagocytose. Il est dépourvu de toute toxicité. A prendre en cas d’attaque bactérienne ou virale. On l’associera à la Vitamine C (Acérola) afin d’augmenter son efficacité pour combattre l’infection et stimuler les défenses naturelles.

Attention : Contre-indiqué pour les femmes enceintes ou qui allaitent et les enfants.
Effets secondaires possibles : allergie – problèmes.

• Ginseng : Appelé aussi Panax ginseng de « panaxos » qui signifie « guérit tout » c'est l'une des meilleures plantes toniques à préconiser après les épisodes de grippe, pour la fatigue.                                                                   

Attention : à éviter en cas d'hypertension artérielle, de tachycardie.

• Huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora) : (ne pas confondre avec Ravensara) : Antivirale et stimulante immunitaire remarquable, anti-infectieux, antidouleurs.

Attention : contre-indiquée pour les femmes enceintes, allaitantes, les enfants ainsi que les personnes ayant des antécédents d’ulcère d’estomac.

Par voie interne : 1 goutte dans une cuillère à café de miel ou sur un morceau de sucre roux.
En traitement d’attaque : 3 gouttes par jour pendant 7 jours.
A titre préventif : une fois par jour pendant 21 jours.

• Huiles essentielles (aromathérapie) :

par voie cutanée : mélanger quelques gouttes de chacune des huiles essentielles suivantes avec de l’huile de pépins de raisins et les appliquer en friction sur le thorax et la nuque :

Huile essentielle de Ravintsara
Huile essentielle d’Eucalyptus radié
Huile essentielle de Eucalyptus globuleux
Huile essentielle de Romarin à cinéole
Huile essentielle de Niaouli
Huile essentielle de Laurier noble

En diffusion atmosphérique :

Huile essentielle de Bois de rose
Huile essentielle de Citron
Huile essentielle d’Eucalyptus radié
Huile essentielle de Pin sylvestre
Huile essentielle de Ravintsara

• « Bon vieux grog » : Boire un bol d’eau chaude avec :

    > 1 goutte d’Huile essentielle d’Eucalyptus radié
    > 1 goutte d’Huile essentielle de Citron
    > 1 cuillerée à café de miel bio
    > Un jus de citron bio

Pendant 2 jours : rester au lit, bien au chaud et s’alimenter avec des liquides : bouillons de légumes, tisanes au miel et jus frais de légumes et de fruits.

Jours suivants : on s’abstient des laitages, produits animaux, graisses, sucres, farineux. On consommera : salades vertes, ail, fenouil, oignons, thym, citron, orange, pomme, kiwi, navets.

Boire beaucoup d’eau pure entre les repas ainsi que quelques tisanes bien chaudes. Manger des aliments de qualité : riz, pommes de terre, quinoa, épeautre à la place des pâtes.

Notre recommandation