Familles de produits

APITHERAPIE

Depuis l’antiquité les produits de la ruche occupent une place de choix - le miel, la propolis et le venin d’abeille sont connus pour leurs vertus thérapeutiques - mais ce n’est que depuis les années 70 que les applications thérapeutiques du pollen et de la gelée royale ont été découvertes et scientifiquement prouvées.

Ainsi l’apithérapie, longtemps associée au traitement de certaines maladies par le venin d'abeille, peut aujourd’hui se définir comme

« L’usage des produits :
       - récoltés (pollen – propolis) par l'abeille
       - transformés (miel) par l'abeille
       - sécrétés (gelée royale et venin) par l'abeille
à des fins diététiques et thérapeutiques. »

Lire la suite

Définition

Depuis l’antiquité les produits de la ruche occupent une place de choix - le miel, la propolis et le venin d’abeille sont connus pour leurs vertus thérapeutiques - mais ce n’est que depuis les années 70 que les applications thérapeutiques du pollen et de la gelée royale ont été découvertes et scientifiquement prouvées.

Ainsi l’apithérapie, longtemps associée au traitement de certaines maladies par le venin d'abeille, peut aujourd’hui se définir comme

« L’usage des produits :
       - récoltés (pollen – propolis) par l'abeille
       - transformés (miel) par l'abeille
       - sécrétés (gelée royale et venin) par l'abeille
à des fins diététiques et thérapeutiques. »

La cire d’abeille, produit secrété et connu depuis l’antiquité, n’a pas d’usage thérapeutique et n’entre donc pas dans le cadre de l’apithérapie.

Les abeilles

Il existe plus de 20 000 sortes d’abeilles dans le monde dont environ 1 000 en France.
Toutes ne produisent pas de miel. L’abeille « à miel » qui se prête le mieux à l'apiculture en Europe est l’Apis mellifera encore appelée abeille domestique ou abeille mellifère.

Ces abeilles vivent en colonie constituée d’une reine, des ouvrières et durant la période de reproduction des abeilles males ou faux-bourdons.

La reine

La reine est issue d’un œuf identique à celui qui produira une ouvrière. La différence est que la reine est nourrie exclusivement de gelée royale ce qui lui donne une taille plus grande que les ouvrières. Sa seule fonction est d’assurer le renouvellement de la colonie en assurant une ponte suffisante. 
La reine peut vivre plusieurs années - les ouvrières ne vivent que quelques semaines.

Les ouvrières

Elles constituent la population de la ruche et sont toutes des femelles. Nées au printemps, leur vie est organisée en fonction de leur âge et des besoins de la ruche :

  • Les 2 premiers jours elles nettoient et réchauffent la ruche.
  • Jusqu’au 5ème jour, elles nourrissent les larves de plus de trois jours avec miel et pollen.
  • Jusqu’au 10ème jour, elles nourrissent les larves de 0 à 3 jours ainsi que la reine avec de la gelée royale.
  • Jusqu’au 21ème jour elles sont « cirières » s’il faut construire des rayons, gardiennes à l’entrée de la ruche, s’occupent de la réception du pollen et du nectar qu’elles vont s’échanger à plusieurs reprises pour le transformer en miel, elles ventilent, vont chercher l’eau indispensable au bien être de la ruche.
  • Jusqu'à leur mort elles sortent butiner (nectar, pollen, propolis, eau) et participent au processus de pollinisation des fleurs.

Les faux-bourdons

Ce sont les abeilles males durant la période de reproduction. Leur seule tâche consiste à tenter de féconder les jeunes reines dès leur envol de la ruche. S’ils s’accouplent à une reine ils meurent peu de temps après. A la fin de l’été les faux-bourdons qui ont survécu ne sont plus nourris et, affaiblis, ils finissent par être rejetés de la ruche et meurent épuisés.

La vie de la ruche

En hiver, l’activité de la ruche est très réduite. La reine cesse de pondre.

Au printemps, avec les premiers beaux jours les butineuses nées à l’automne redémarrent leur activité. La reine se remet à pondre, la ruche reprend vie et de nouvelles abeilles remplacent les plus âgées.
Avec l’été et les grandes floraisons, la population de la colonie explose littéralement. Les butineuses travaillent dès les premiers rayons du soleil jusqu’à la nuit tombée pour profiter de toutes ces fleurs riches de pollen et de nectar.

A l’automne, les abeilles profitent des ultimes floraisons. La reine reprend sa ponte. Elle donnera naissance à des abeilles « d’hiver », dotées de réserves adipeuses plus conséquentes pour affronter l’hiver. Cette période est déterminante pour la survie des colonies qui seront cloitrées durant plusieurs mois.

Les produits de la ruche

Le pollen

« Pollen de fleurs absorberas
Chaque matin ponctuellement

Pour aller bien tout simplement »          Dr Donadieu

Le pollen est la semence mâle produite par les étamines des fleurs et constituée d’une multitude d’éléments microscopiques. Ces minuscules particules emportées par le vent ou transportées par les abeilles permettent de féconder les organes femelles des fleurs (pistils). 
En butinant les fleurs, les abeilles accumulent le pollen sur leurs pattes postérieures. Elles en forment de petites pelotes qu’elles rapportent à la ruche pour l’utiliser comme nourriture. Ce n’est que depuis le début du XXème siècle que les apiculteurs ont mis au point des trappes à pollen disposées à l’entrée des ruches pour récolter environ 10 % du pollen recueilli sur les fleurs par les abeilles. D’où l’usage « récent » du pollen à des fins thérapeutiques.
Le pollen est une substance fragile, qui doit être récoltée, nettoyée et conservée avec soin avant d’être séchée ou congelée de façon à bien se conserver. Il peut être contaminé par des résidus de ruche, par des pesticides, des champignons ou des bactéries. 
Le pollen récolté dans les ruches est composé de glucides, de protides (protéines et acides aminés libres), de lipides, de vitamines (principalement du groupe B), de minéraux (calcium, chlore, cuivre, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, silicium, soufre) et de petites quantités d’antioxydants et de substances immunostimulantes. 
Le pollen a une action antibactérienne, régulatrice des fonctions intestinales, antianémique et équilibrante. Il agit sur l’appareil digestif, sur le système neuropsychique et sur le métabolisme en général .

Attention l’usage de pollen doit faire l’objet de précautions chez les femmes enceintes et celles qui allaitent, c’est une substance allergène qui peut causer, même à faibles doses, des démangeaisons, de l’enflure et des troubles respiratoires, voire une réaction anaphylactique potentiellement fatale chez les personnes allergiques.

La propolis

« La propolis utiliseras
En maladie très largement
Pour te guérir rapidement. »          
Dr Donadieu

La propolis est fabriquée à partir de diverses résines recueillies sur les bourgeons et l’écorce des arbres (surtout sur les peupliers et les conifères) – d’où sa couleur et sa composition variables - auxquelles les abeilles ajoutent de la cire et des sécrétions salivaires.
Les abeilles se servent de la propolis pour ajuster l’ouverture ou « trou d’envol », qui se trouve à l’entrée de la ruche en fonction des conditions climatiques et créer une sorte de chambre de stérilisation à l’entrée de la ruche, d’où le nom propolis qui signifie, en grec ancien, « devant » (pro) la « cité » (polis). La propolis est aussi utilisée pour recouvrir toutes les surfaces intérieures de la ruche, créant une couche protectrice qui en assure l’étanchéité, la solidité et l’asepsie.

La propolis est connue depuis l’antiquité. Elle a été utilisée pour l’embaumement, comme « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations », puis, au XIX siècle, comme désinfectant et cicatrisant. 
Elle est considérée dans l'herboristerie traditionnelle comme un remède utile pour combattre les infections de toutes sortes, tant par voie interne que par voie externe, et l’on attribue généralement à la propolis des propriétés antiseptiques, antibactériennes et antioxydantes par sa teneur en flavonoïdes (variable d’un produit à l’autre, notamment en fonction du lieu de la récolte).

Attention il existe un risque pour les personnes allergiques aux produits de l’abeille.

Le miel

« Miel tous les jours mangeras
En lieu et place de sucre blanc
Pour ta santé utilement. »                  Dr Donadieu

Le miel est une substance sucrée fabriquée par les abeilles à l’aide du nectar des fleurs.
Le nectar est un liquide sucré, parfois sirupeux, sécrété par les glandes, dites nectarifères, présentes sur de nombreuses plantes. Chaque plante fournit ainsi un nectar aux caractéristiques spécifiques.
L'ouvrière butine le nectar, l’ingurgite, et le transporte dans le jabot – poche extensible à l’entrée de l’abdomen - apportant des ferments et des enzymes qui agissent sur le nectar. La transformation en miel commence !

A son retour, la butineuse régurgite sa charge, la passe aux ouvrières, qui elles-mêmes la communiquent à d'autres et ainsi de suite. La teneur en eau baisse (si nécessaire, des ouvrières ventilent pour accélérer le processus) en même temps que le liquide s'enrichit de sucs gastriques et de substances salivaires. Le nectar devient miel et lorsque cette teneur en eau est inférieure à 20 %. Il est alors déposé dans une alvéole obturée par un opercule de cire qui permet de le garder dans de bonnes conditions.

Pour fabriquer un seul kilo de miel, on estime qu'il faut récolter le nectar de 20 millions de fleurs ce qui implique quelques 20 000 sorties. Et une bonne ruche peut fabriquer plus de 3 kilos par jour !!!

Le miel est composé de 80 % de glucides, avec principalement deux sucres : le fructose et le glucose, deux sucres simples qui ne nécessitent aucune digestion et qui sont facilement et directement assimilés par le corps. Le miel contient également des protides (moins de 1%), des sels minéraux, des vitamines (principalement du groupe B) de même que de nombreux composés organiques complexes.

Connu depuis des millénaires, le miel possède des qualités nutritives et thérapeutiques exceptionnelles ( dans des cas de troubles digestifs, d’ulcères gastriques, d’asthénies, d’anorexie, propriétés bactéricides et antibiotiques, pouvoir cicatrisant …). On s’en servait également pour conserver les aliments.

Aujourd’hui le miel fait l’objet de nombreuses études :

  • Le miel est riche en antioxydants et protège le cœur en ralentissant le processus d'oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL).
  • Le miel, un remède naturel contre les « superbactéries » résistantes aux antibiotiques.
  • Le miel est efficace dans le traitement de la gastro-entérite, des ulcères d'estomac et de la teigne chez l'humain (miel de manuka, une variété de Nouvelle-Zélande).
  • Le miel est efficace pour guérir les brûlures infectées par certains bacilles résistants aux antibiotiques.
  • Le miel est efficace pour la cicatrisation des plaies (certains hôpitaux français l’utilisent déjà).
  • Le miel, une alternative aux antibiotiques en particulier chez des patients dont le système immunitaire est affaibli.
  • Le miel, une alternative aux sirops contre la toux. Le miel calme la toux et améliore la qualité du sommeil des enfants.

Attention il existe un risque pour les personnes allergiques aux produits de l’abeille.

La gelée royale

« Gelée royale consommeras
Deux fois par an régulièrement
Pour rester jeune très longtemps. »          
Dr Donadieu

La gelée royale est sécrétée par certaines glandes des jeunes abeilles nourricières qui alimentent les larves au premier stade de leur développement. La gelée royale constitue le régime alimentaire exclusif des reines durant toute leur existence.

La gelée royale contient de 60 à 70 % d’eau et :
- des sucres (9 à 23 %), essentiellement du fructose et du glucose; 
- des protéines (10 à 18 %) dont une grande partie d'acides aminés;
- des lipides (4 à 8 %);
- des minéraux;
- des vitamines, surtout celles du groupe B;
- des oligo-éléments.

Les souverains de la Chine antique attribuaient à la gelée royale le pouvoir d’assurer la longévité et la vigueur sexuelle et, en médecine traditionnelle chinoise, la gelée royale est considérée comme une substance tonique. En Europe la gelée royale était considérée comme une substance qui accroît la résistance de l'organisme aux divers stress. 
Les techniques d’extraction de la gelée royale ont contribué à populariser la gelée royale un peu partout dans le monde.
Source d’énergie, la gelée royale est consommée pour réduire la fatigue physique et intellectuelle, le stress, pour renforcer l’immunité, pour soutenir les convalescents. La gelée royale contient des composés ayant une activité ostrogénique avec un effet positif sur l’équilibre hormonal des femmes ménopausées et sur les troubles sexuels et menstruels.

Attention il existe un risque pour les personnes allergiques aux produits de l’abeille.

Le venin d’abeille

« Venin d'abeille ne prendras
Que sous contrôle médicalement
Pour rhumatismes essentiellement. »          
Dr Donadieu

L’usage médicinal du venin d’abeille remonte à la plus haute Antiquité et Hippocrate (460-377 av. J.-C.), le père de la médecine, considérait le venin comme un remède idéal pour traiter l’arthrite et les problèmes d'articulations.
La méthode traditionnelle consiste à placer une abeille vivante, tenue par une pince, sur la peau de la personne (sur les zones douloureuses ou sur des points d’acupuncture). Le dard pénètre la peau et répand le venin. Selon la pathologie traitée cette opération est renouvelée plusieurs fois.
Le venin d’abeille contient certains agents anti-inflammatoires, ses composants ont une action tonifiante et stimulante qui renforcent le système immunitaire et contribuent à détoxiquer l’organisme.
La thérapie par le venin d'abeille demeure populaire auprès de personnes atteintes de douleurs musculosquelettiques, comme l’arthrite, l’arthrite rhumatoïde et certaines maladies chroniques comme la sclérose en plaques.

Attention il existe un risque pour les personnes allergiques aux produits de l’abeille et ces techniques doivent être utilisées avec une extrême prudence.

Résultats 1 - 32 sur 50.
par page
Résultats 1 - 32 sur 50.
par page